HOMELIE du Mgr Borys Gudziak en fête de Pentecôte lors de la Liturgie annuelle de l’Oeuvre d’Orient à Notre Dame de Paris

O Roi céleste, Consolateur, Esprit de Vérité,
Toi qui es partout présent et emplis tout.
Trésor des biens et source de vie,
Viens, fais ta demeure en nous;
Purifie-nous et sauve-nous,
Toi qui est bonté. 

(Prière issue de l’office byzantin de la Pentecôte)

Aujourd’hui, l’Église gréco-catholique ukrainienne, et les autres Églises orientales suivant le calendrier Julien, célèbrent la fête de la Venue de l’Esprit Saint, la Pentecôte, l’anniversaire de l’Église. Nos hôtes, nos sœurs et frères catholiques romains vivent depuis déjà une  semaine, renouvelés par l’Esprit. Il y a 2000 ans, de timides pêcheurs, après avoir reçu la puissance du Saint-Esprit, ont été capables de clairement et librement annoncer la Bonne Nouvelle à des milliers de personnes rassemblées à Jérusalem. Comme il avait été annoncé : « Vous allez recevoir une force quand le Saint-Esprit viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre » (Actes des Apôtres 1: 8).

Jusqu’aux extrémités de la terre, de la Gaule et au pays des Scythes. Des terres dont les apôtres ne devinaient même pas l’existence à ce moment là. Par l’Esprit, ils se sont trouvés prêts à prêcher et à sacrifier leur vie. Ils ont reçu le pouvoir de « lier et de délier », mais aussi le pouvoir sur eux-mêmes, sur leurs propres faiblesses et leurs peurs. Ils sont restés des hommes modestes, mais le Saint-Esprit, qui est entré en eux pour toujours, en a fait des « pêcheurs d’hommes », des prédicateurs inspirés, des pèlerins courageux. Sans leurs voyages inlassables, leurs efforts constants pour dépasser les limites de leur culture, de leur vision du monde, et sans leurs sacrifices, y compris le martyre, l’enseignement du Christ n’aurait pu atteindre les limites de la terre.

Sans eux nous ne pourrions pas être ici ensemble. Célébrons l’anniversaire de ce jour qui nous a donné l’opportunité d’être qui nous sommes – c’est à dire l’Église du Christ.

En ce moment, dans cette cathédrale, vous vivez une manifestation plutôt pratique de la puissance de l’Esprit Saint

– un évêque ukrainien né aux États-Unis, qui a étudié en Italie, Pologne et Union soviétique, qui a longtemps vécu en Ukraine et…..
qui essaye de prêcher en français.

Comme personne, j’espère en l’Esprit aujourd’hui. Il est dit qu’Il «vient au secours de notre faiblesse, car nous ne savons pas prier comme il faut. L’Esprit lui-même intercède pour nous… » (Romains 8:26)

La Liturgie d’aujourd’hui est une liturgie d’action de grâce – nous sommes reconnaissants à Notre Seigneur pour le don de Son Esprit Saint, pour le Sacrifice de Son Fils qui nous sauve, pour le fait que nous sommes réunis ici ensemble pour rompre le pain.

Nous remercions Dieu pour les donateurs de l’Œuvre d’Orient, organisation d’aide aux chrétiens d’Orient depuis déjà 162 ans. Vous êtes 76 500 donateurs, et quelle que soit la taille de la cathédrale Notre-Dame de Paris, il n’y a pas de cathédrale terrestre capable vous accueillir tous.

Tous – vivants ou morts en Dieu – nous vous incluons dans notre prière reconnaissante.

Peut-être que vos prédécesseurs, il y a 100 ans, qui soutenaient les chrétiens d’Orient, n’imaginaient pas complètement l’ampleur de leur détresse, car ils n’avaient probablement jamais voyagé ni en Afrique, ni au Moyen-Orient. Ils n’avaient pas vu les villes syriennes bombardées, ni les yeux effrayés des enfants nés pendant la guerre. Et pourtant, sachant que quelque part là-bas, à des milliers de kilomètres, un frère ou une sœur dans la foi souffrait, ils ont tenu à l’aider. Et maintenant c’est vous qui aidez – enseignez, prêchez, servez.

Au XXe et au début du XXIe siècle, on aurait pu croire que le christianisme allait disparaître de ces terres historiques, et tomber sous la pression de la violence. Cependant, nous Chrétiens, nous vivons dans l’espérance et nous croyons dans la glorieuse histoire du salut, qui ne nous laisse pas sombrer dans le désespoir.

On aurait pu croire que l’Église ukrainienne gréco-catholique allait cesser d’exister en Union soviétique, ne laissant subsister que de petits groupes clandestins qui finiraient par disparaître avec le temps. Qu’en Union soviétique, l’athéisme sortirait vainqueur.

Mais ces 40 enfants qui aujourd’hui recevront la première communion solennelle sont le témoignage vivant d’une autre victoire. La victoire de leurs parents, et grands-parents qui ont préservé leur foi, avec l’aide du Saint-Esprit. ET l’Église est revenue à la vie.

La générosité et les prières des donateurs de l’Œuvre d’Orient ont soutenu et soutiennent encore l’Église dans le monde. Vous, chers bénévoles et donateurs, êtes devenus des apôtres en mission, qui enseignent l’Amour de Dieu, jusqu’aux extrémités de la terre.

Je peux en témoigner en tant qu’évêque ukrainien, dont la terre souffre aujourd’hui d’une agression injuste.  C’est une guerre hybride féroce, où mensonges et manipulations sont autant d’armes que les obus et les balles des tireurs d’élite. Dans deux semaines, la communauté ukrainienne fera mémoire de Vasyl Slipak, chanteur à l’opéra de Paris, mort d’un tir de sniper sur le front de la guerre en Ukraine. La mort de cet homme de talent nous montre, une fois de plus, clairement que la guerre n’est pas loin à l’est, qu’elle est, en fait, proche de nous.

Elle nous montre que nous sommes tous appelés à défendre notre dignité reçue de Dieu, et la liberté de notre Europe fondée sur des principes chrétiens.

Au nom des Chrétiens orientaux des différentes Églises et peuples, merci de votre solidarité, qui nous aide à percevoir la lumière et à garder l’espoir, même dans les circonstances les plus difficiles.

Permettez-moi de m’adresser aux enfants dans leur langue maternelle.

Дорогі діти! Ви, мабуть, зараз дуже хвилюєтеся. Мама, тато чи бабуся-дідусь сьогодні зранку наказували бути чемними, бо ви будете в самому Нотр-Дамі. Так, це величний храм, який бачив найславетніші моменти історії Франції, у ньому молилися королі і принцеси, суперзірки, найвідоміші і найбагатші люди. Але не слава людська зробила цей храм тим, чим він є, а слава Божа. Бог, який перебуває тут, так само як Він є в нашій катедрі чи в будь-якій церкві в будь-якій частині світу. Він робить все преславним. Він вас робить преславними. Прислухайтеся уважно. Ці стіни чули так багато молитов. Сьогодні ваші чисті дитячі молитви стануть його частиною. Назавжди.

Écoutez attentivement. Ces murs ont entendu tant de prières. Aujourd’hui, viendront s’y ajouter vos prières d’enfants purs. Et pour toujours.

« Moi, je suis la lumière du monde. Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, il aura la lumière de la vie. »

L’Évangile de ce jour de Pentecôte se termine sur cette incroyable promesse, que nous fait le Seigneur. En le suivant, nous n’allons plus errer dans le noir, nous saurons toujours qui nous sommes et où nous allons, guidés par l’Esprit-Saint.

…….

Borys Gudziak

Notre Dame de Paris, 27 mai 2018