Il n’y a aucune circonstance dans laquelle il serait impossible de prier – Sa Béatitude Sviatoslav – 21 juillet 2022

Secrétariat du Primat de l’EGCU (Église gréco-catholique ukrainienne) – Rome

Sa Béatitude Sviatoslav Shevchuk – Archevêque Majeur 

Gloire à Jésus-Christ !

Chers frères et sœurs en Christ ! 

Aujourd’hui, nous sommes le jeudi 21 juillet 2022 et le peuple ukrainien se tient debout et défend sa patrie, sa terre, contre l’agresseur russe injuste qui apporte la mort et la destruction à notre patrie, dans un duel inégal depuis 148 jours.

Le dernier jour, la dernière nuit, malheureusement, la terre ukrainienne a de nouveau été secoué sous les bombes, les roquettes et les frappes de l’armée russe. Deux des plus grandes villes d’Ukraine sont redevenues les épicentres des bombardements russes. Ce sont Kharkiv à l’est et Mykolaïv au sud.

Cette nuit, Mykolaïv a été touché par une attaque massive à la roquette. Et hier, nous avons été vraiment atterré par la calamité sans précédent à Kharkiv, en particulier la scène d’un père agenouillé dans la rue d’une grande ville tenant la main sans vie de son fils de 13 ans et qui prie.

Beaucoup de gens se demandent : Dieu, pourquoi ? Combien en plus? Ô Dieu, sauve tes enfants !

Ces jours-ci, en particulier, dans le sud de notre patrie, la moisson a lieu. Et hier, une autre tragédie s’est produite dans les champs de blé d’Ukraine. Un char russe a tiré sur des moissonneurs ukrainiens qui ramassaient du grain pour faire du pain afin de nourrir les affamés.

Mais l’Ukraine est debout. L’Ukraine se bat. L’Ukraine prie. L’Ukraine étonne le monde.

Et vous et moi apprenons à vaincre, à vaincre le mal par le bien. Et la force d’un chrétien dans cette bataille avec le diable est la prière. Alors aujourd’hui, nous continuons notre voyage à travers ces merveilleux jardins des fruits de la prière chrétienne. Nous avons mentionné hier à quel point il est important de bien se préparer, avant même de commencer notre communication personnelle avec Dieu.

Aujourd’hui, répondons à la question « Quand, où et combien prier ? ». L’Apôtre Paul lui-même donne déjà la réponse à cette question, lorsqu’il dit : « Priez sans cesse… » Il n’y existe pas de telles circonstances ou de lieux, où il ne serait pas vraiment possible de prier.

Nous devons diriger notre attention vers le Seigneur Dieu tout au long de notre vie, chaque jour de notre vie. Et les chrétiens, dès les premiers âges du christianisme, ont réalisé que lorsque nous prions, nous sanctifions l’espace et le temps dans lesquels nous nous trouvons.

Ici, par exemple, pendant la guerre, nous avons appris à distinguer différents types de sons d’explosions et de bombardements. Nous savons déjà quelles armes ont été utilisées pour nous tirer dessus. Quand la terre tremble, c’est l’artillerie au travail. Quelque chose de similaire se produit lorsque nous prions. La prière chrétienne imprègne et change le temps et l’espace autour de nous. C’est pourquoi Paul dit : « Priez sans cesse… » Que notre communication vivante avec Dieu ne s’arrête jamais, tout comme nous ne cessons jamais de respirer.

Mais il y a certains moments, en particulier au cours de notre journée de travail, où il vaut particulièrement la peine de consacrer du temps à la prière. C’est toujours la prière du matin et du soir. Nous devons commencer notre journée en tournant nos pensées vers Dieu. La première pensée qui doit être dirigée vers le Seigneur Dieu, qu’elle soit dirigée dès que nous nous réveillons. Que ce soit une pensée, une prière de remerciement car le Seigneur Dieu nous donne un autre jour, une chance, une opportunité de vivre et de servir Dieu et les gens. Également, lorsque nous terminons notre journée de travail, lorsque nous allons dormir, nous devons rendre grâce pour la journée que nous avons vécue, l’examiner, nous excuser pour nos faiblesses et nos péchés, et rendre grâce pour tous les cadeaux que nous avons reçus et le bien que nous avons pu faire.

Vous devriez toujours prier au début et à la fin de tout travail. De plus, quand on mange, quand on étudie, que ce soit à l’école ou à l’université. Nous commençons notre travail et le terminons par la prière, puis le travail lui-même se transforme en prière quotidienne. Par conséquent, n’ayons pas peur de sanctifier et de transformer le lieu, le monde et le pays où nous sommes par notre prière par la puissance de la grâce du Saint-Esprit, même lorsqu’une guerre y fait rage.

Ô Dieu, bénis l’Ukraine. O Dieu, bénis les enfants de l’Ukraine. Bénis l’armée ukrainienne, à qui nous devons la possibilité de vivre et d’avoir revu la lumière du jour aujourd’hui. O Dieu, bénis nos fermiers ; notre prière spéciale va pour ceux, qui aujourd’hui dans les champs d’Ukraine se battent pour la moisson, le pain de la moisson, afin que les affamés puissent être nourris. 

Ô Dieu, bénis le peuple ukrainien qui souffre depuis si longtemps.

Que la bénédiction du Seigneur soit sur vous avec Sa grâce et Son amour pour l’humanité pour toujours et à jamais. Amen

Gloire à Notre Seigneur Jésus-Christ !

+ Sviatoslav