En tant que communauté ecclésiale, nous devons nous tenir aux côtés de nos parents, enseignants au nom de l’avenir de nos enfants – Sa Béatitude Sviatoslav – 22 novembre 2022

Gloire à Jésus-Christ !

Chers frères et sœurs en Christ ! 

Nous sommes aujourd’hui le mardi 22 novembre 2022 et le 272ème jour de guerre à grande échelle, que la russie a apporté sur notre terre ukrainienne pacifique.

Encore une tout au long de la journée d’hier, de cette nuit, les villes et les villages d’Ukraine ont tremblé sous les bombes et les roquettes russes. De violentes batailles sanglantes se poursuivent sur toute la ligne de front. Les Russes tentent toujours d’avancer, en direction du Donbass, vers la ville d’Avdiivka et la ville de Bakhmut. Mais la population civile de toute l’Ukraine souffre également. Hier, la ville de Nikopol dans la région de Dnipropetrovsk a reçu environ 60 obus de différents types, rien qu’en une seule journée. Les villes, villages et villages de la région de Zaporizhia sont constamment sous le feu. Les villes de Komyshuvaha et Novotroitske ont été les plus touchées hier. Louhansk a tremblé de nouveau sous les bombes russes. Et les villes et villages nouvellement libérés de notre région de Kherson redeviennent l’épicentre des bombes et des attaques russes. Hier, sous les bombardements, de nombreuses habitations ont été détruites, dans la ville de Kherson. Aujourd’hui, nous savons qu’au moins 2 personnes y sont mortes. Mais ce qui est le plus impressionnant, c’est la brutalité des occupants russes envers les leurs. Nous sommes déjà « habitués » à voir des images terribles de fosses communes, de salles de torture, d’abus contre la population civile dans les territoires libérés. Mais les habitants de Kherson ont déclaré que les Russes avaient brûlé les corps de leurs propres morts, dans le cimetière de la ville. Ils ont appelé cela une opération spéciale secrète ; mais il a été impossible de cacher ce type de crime contre la dignité de leurs propres soldats

Mais l’Ukraine tient bon ! L’Ukraine se bat ! L’Ukraine prie et jour après jour, pas à pas, notre armée libère la terre ukrainienne de l’envahisseur russe. 

Aujourd’hui, vous et moi poursuivons nos réflexions sur la manière de construire l’Ukraine du futur. Comment devons-nous prendre soin, en particulier, de nos enfants – les enfants, qui sont les principales victimes de cette guerre. Comment les élever, les éduquer, que grandissent leurs connaissances ; faire en sorte que la guerre ne vole pas l’enfance et l’avenir de nos enfants.

Aujourd’hui, je voudrais réfléchir avec vous au fait que le processus scolaire dans les conditions de guerre ne se limite pas uniquement au territoire de l’école ou entre les murs d’une classe. Dans de nombreuses écoles d’Ukraine, l’enseignement est dispensé à distance – en ligne. Et c’est pourquoi chaque église domestique, chaque foyer où vivent nos enfants, se transforme en salle de classe. Autrement dit, l’école fait partie de la famille. La famille se transforme en école. Mais nous ne pouvons qu’imaginer la difficulté de ce type d’apprentissage, lorsqu’il n’y a pas de lumière. Lorsqu’il n’y a pas de connexion normale non seulement à l’internet, mais aussi à l’approvisionnement en électricité dans nos villes et villages. Et ici nous voyons comment à la fois père et mère, comment la famille devient partie intégrante du processus éducatif. Comme il est important de bien comprendre qu’il doit y avoir une collaboration harmonieuse entre l’école, l’instituteur, le personnel enseignant et les parents pour le bien de nos enfants.

Nous savons que les parents ont le devoir et le droit inhérents de s’occuper de l’éducation et de l’enseignement de leurs enfants. L’école doit aider les parents à élever leurs enfants. Mais aujourd’hui, non seulement nos professeurs et enseignants mènent réellement une lutte héroïque pour l’éducation et l’avenir de nos écoliers, mais aussi les parents ont besoin d’une aide particulière afin de remplir cette mission, leur contribution à l’éducation et à l’apprentissage de leurs enfants. Les parents d’aujourd’hui comprennent qu’ils ont des responsabilités concernant l’éducation de leurs enfants et leur développement. Mais parfois même ils ne s’en sortent pas.

Papa et maman sont parfois séparés, loin l’un de l’autre. Par exemple, le père est resté en Ukraine, combattant au front, la mère et l’enfant sont dans une zone sûre, peut-être même en dehors des frontières de l’Ukraine. Et il arrive que, la mère n’arrive pas vraiment à faire face à l’éducation, car elle doit s’occuper seule des cents autres besoins de l’enfant. Une mère ne sait parfois pas comment aider son enfant à se concentrer et à surmonter sa peur et son anxiété. Comment aider un enfant à apprendre ? Dans de telles circonstances, même une mère aimante s’effondre, essaie de dire quelque chose à son enfant, de l’inciter à faire quelque chose. Parfois, elle peut même élever la voix par colère. Et combien de mères disent qu’elles cachent simplement leurs larmes à leurs enfants. Beaucoup admettent que, où qu’elles se trouvent maintenant, elles veulent et sont prêtes à rentrer chez elles, même dans une zone de bombardement, car elles n’en peuvent tout simplement plus. Comme nous avons tous besoin aujourd’hui, toute la communauté de l’église, notre société et les gens de nous tenir aux côtés de nos parents, enseignants au nom de l’avenir, au nom du bien de nos enfants.

Je tiens à remercier ces parents qui font preuve d’héroïsme parental (paternel et maternel) afin de s’assurer que leurs enfants aient la possibilité de recevoir une bonne éducation, la possibilité d’aller à l’école pendant la guerre. Prions pour nos enfants, prions pour nos parents, prions pour nos enseignants afin que dans des conditions aussi terribles nous n’arrêtions pas cette noble et haute tâche, le processus d’élever et d’éduquer nos générations futures.

Aujourd’hui, je veux que nous rendions grâce ensemble au Seigneur Dieu pour le fait que nous sommes vivants, pour le fait que nous voyons ce nouveau jour. Nous demandons au Seigneur : Ô Notre Dieu, bénis notre Patrie ! Soutiens ceux qui traversent une période difficile aujourd’hui. Essuie les larmes de nos pères et mères. Protège notre armée, soutiens nos filles et nos garçons qui se battent au front pour reconquérir une éducation pacifique, pour que nos enfants aient accès à l’école. Ô Dieu, accorde à l’Ukraine Ta paix juste et paix !

Que la bénédiction du Seigneur soit sur vous avec Sa grâce et Son amour pour l’humanité pour toujours et à jamais. Amen

Gloire à Notre Seigneur Jésus-Christ !

+ Sviatoslav